4ème Forum Social Congolais : Des congolais voient pour la première fois les minerais de leur pays

IMG_8316

Des hommes et des femmes sont venus de tous les coins de l’Ecole Primaire 1 et 2 Lisala (EP1 et 2 Lisala)  dans la commune de Kasa-vubu à Kinshasa, tous attirés par les minerais de conflits exposés devant le stand de la IMG_8137Commission Episcopale pour les Ressources Naturelles de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CERN/CENCO). Certains ont vu pour la toute première fois le coltan dont ils entendent parler dans les informations, d’autres ont demandé de voir, même de toucher le cobalt, le cuivre, la Cassitérite, la Wolframite, etc.

Posé à l’extrême droit de l’enceinte de l’école EP 1 et 2 Lisala, le Stand de la CERN s’est octroyé comme mission au cours des deux journées intenses de Forum Social Congolais tenu du 28 au 30 août 2016 de sensibiliser les citoyennes et citoyens congolais autour des problèmes liés à l’exploitation des ressources naturelles en RD Congo. Ainsi, on pouvait trouver dans le stand de la CERN des rapports des études menées par la CERN, les propositions de la Société civile pour la révision du Code minier congolais et de l’adoption de la loi portant régime général des hydrocarbures, des travaux auxquels  la CERN a participé, etc.

Les richesses du Congo, mythe ou réalité

Pour Bon nombre de Congolais, les richesses du Congo sont un mythe. La CERN a exposé ces minerais exploités dans les provinces congolaises en vue de supprimer l’idée selon laquelle les minerais congolais n’existeraient que sur des cartes et réveiller dans le chef des congolaises et congolais le désir de s’impliquer dans la gestion des ressourcesIMG_4723 dont les bénéfices leur reviennent de droit. « On entend parler du coltan qui fait tuer les gens dans l’Est du pays. Où est donc ce coltan ? », questionnent les visiteurs à l’approche du stand.

Des adultes comme des enfants se sont réjouis de voir et toucher pour la première fois la tourmaline, le cuivre, la blende, le cobalt de Kipushi, la cassitérite du Nord-Kivu et de Mitwaba, la Wolframite du Sud-Kivu, la Rénièrite de Kipushi, le coltan de Rubaya, dans le Nord-Kivu, la Bornite de Kipushi, la Malachite de Fungurume, l’Hétérogémite de Kipushi et des morceaux de Cathodes de cuivre de Fungurume.

Un sentiment de joie

Certains visiteurs n’ont pas manqué d’exprimer leur joie de toucher le coltan de la RD Congo. « Depuis ma naissance, c’est aujourd’hui que je vois et je touche les minerais que j’ai étudiés à l’école et dont j’entends parler à la télévision. Nous aimerions que l’organisation rajoute encore d’autres minerais que nous n’avons pas vus dans le stand », suggère Divine Tiya, une jeune étudiante. « Je suis ravi de voir pour la première fois de ma vie les minerais de notre pays grâce à mon passage au stand de la CERN », s’est exprimé un délégué d’une organisation de droit belge pour le développement agricole et le progrès social.

La CERN invitée à sensibiliser les écoles et les quartiers

IMG_8287D’autres par contre ont exprimé leur désir de voir la CERN sensibiliser les écoles, les quartiers et les églises. Selon eux, beaucoup de « kinois » (habitants de Kinshasa) ont besoin de cette information pour s’impliquer dans le combat pour la bonne gestion de ces ressources et réclamer la justice dans le secteur extractif. « L’organisation doit suggérer au ministère de l’éducation d’introduire dans le programme scolaire un enseignement approfondi des minerais et d’autres ressources naturelles du Congo ainsi que leur exploitation afin que nos enfants apprennent à sécuriser les richesses de leur pays », a demandé Mme Tshimuna Valerie. De leur côté, M. Yoka Emmanuel et M. Mualuke souhaiteraient que la CERN étende la sensibilisation dans tous les quartiers de la ville province de Kinshasa et à l’intérieur du pays.

CERN

B