Communiqué final Atelier de Kolwezi

Communiqué final de l’atelier sur le renforcement de la participation citoyenne dans la gestion des ressources naturelles organisé à Kolwezi du 07 au 09 mars 2014

Il s’est tenu du 07 au 09 mars 2014, un atelier de renforcement de la participation citoyenne dans la gestion des ressources naturelles organisé par la Commission Episcopale pour les Ressources Naturelles (CERN/CENCO), en collaboration avec l’Observatoire des ressources naturelles de Kolwezi, et avec l’appui de l’Action de Carême suisse (ADC) et Pain Pour le Prochain (PPP).

Ouvert par le Maire Adjoint de la ville de Kolwezi, Monsieur Déodat KAPENDA,l’atelier avait pour objectifs d’analyser le contexte des territoires ciblés pour en dégager les défis et les priorités, de faire le point sur les expériences locales, notamment les cadres de concertation, de former les participants sur les droits et obligations des parties prenantes en matière de gestion des ressources naturelles, de former sur le monitoring de l’exploitation des ressources naturelles, de mettre en synergie les acteurs locaux, nationaux et internationaux. Tout ceci dans l’objectif global de contribuer au développement de Kolwezi à travers l’exploitation minière.

Près de quatre-vingt personnes de différentes origines (Suisse, Angleterre, Kinshasa, Lubumbashi, Likasi, différentes contrées de Kolwezi) ont participé à l’atelier : Chefs de terres, membres des organisations de la Société civile, délégués des observatoires  des ressources naturelles venant des huit diocèses du Katanga, délégués des congrégations religieuses, des représentants de la Coordination urbaine de l’Environnement et du Service urbain du Plan, une représentante de l’ICCN, etc. L’Evêque de Kolwezi, Son Excellence Monseigneur Nestor NGOY, a honoré de sa présence l’ouverture de l’atelier en prononçant le mot de bienvenue. Tandis que le Président du Conseil d’administration de l’entreprise Katanga Copper Company (KCC), Monsieur Gustave NZENG,  et la Responsable du Département social de MutandaMining (MUMI), Madame Francesca SANTINELLI,ont entretenu les participants sur la politique sociale de ces deux compagnies. Le Représentant du Chef de Division du Plan a fait un état des lieux sur l’exploitation minière à Kolwezi.

Organisée en conférences débats et travaux en ateliers, la rencontre a permis aux participants d’analyser la situation de l’exploitation des minerais dans la région de Kolwezi, d’évaluer les besoins des populations, d’identifier les actions possibles pour une exploitation responsable des minerais, respectueuse de l’environnement et profitable aux différentes parties prenantes : la population, l’Etat et les exploitants.

Les participants ont renforcé leurs capacités par des exposés sur le Code minier, les principes et lignes directrices de l’OCDE, sur les méthodes de collecte des données, les normes et les actions au niveau international, les responsabilités sociales des entreprises et les droits humains. Ils ont aussi échangé des expériences sur le plaidoyer mené par les organisations de la Société civile en faveur des populations ou de l’adoption de certaines lois.

Ensuite, les participants ont formulé des résolutions et recommandations.

De l’analyse de la situation de l’exploitation des minerais, les problèmes majeurs suivants ont été identifiés :

–          Le paradoxe entre l’abondance des minerais exploités et exportés et la pauvreté de la population persiste.

–          Il existe encore un déficit de connaissance des droits et obligations des différentes parties prenantes à l’exploitation des ressources naturelles qui se caractérise par l’ignorance des lois en la matière et les contrats signés.

–          Malgré les différentes réalisations sociales déclarées et les mécanismes de dialogue  et de communication entre les entreprises, l’administration publique et les communautés, plusieurs plaintes des communautés montrent encore l’ampleur des attentes des communautés quant à l’impact de l’exploitation minière sur le vécu quotidien et le développement de Kolwezi et à la circulation de l’information.

–          Le besoin est encore pressant pour l’organisation de la population afin de participer d’une manière avisée et efficace au dialogue tripartite sur l’exploitation des minerais de Kolwezi et les problèmes environnementaux et de violations des droits humains survenant à certains endroits.

Les participants se sont résolus de travailler entre autres pour :

–          le renforcement des capacités de la société civile et des communautés locales sur la connaissance des lois de leurs droits et obligations en matière des ressources naturelles ;

–          l’accompagnement de la population dans le processus de l’organisation des communautés capables de réfléchir sur leur situation et sur la recherche des alternatives au développement ;

–          le plaidoyer pour que soit instauré un mécanisme de dialogue multipartite efficace : Administration publique, Exploitants miniers, Société civile et communautés.

Les principales recommandations suivantes ont été formulées :

–          Aux autorités de la ville de Kolwezi,

  • de hâter la mise en place du Cadre de concertation tripartite ;
  • de veiller au respect de l’application des dispositions légales en la matière ;
  • d’informer les communautés sur le processus de décentralisation politique, économique et financier et d’appuyer la société civile dans la préparation des communautés au processus de décentralisation.

–          Aux entreprises minières :

  • De renforcer leurs mécanismes de collecte et de traitement des plaintes des communautés ;
  • D’améliorer leur stratégie de communication avec le public et les communautés en particulier ;
  • D’améliorer leur transparence et la possibilité pour les communautés d’accéder aux informations concernant leurs entreprises.
  • De s’impliquer dans la mise en place du Cadre de concertation tripartite ;

–          A la Société civile en général et de Kolwezi en particulier :

  • De renforcer les capacités des communautés  et de les mobiliser ;
  • De renforcer le travail en synergie ;
  • De professionnaliser son travail et notamment le plaidoyer ;

 

Fait à Kolwezi, le 09 mars 2013.

Les Participants

B