Deux poumons de la planète, des cœurs des cinq continents

Séance de clôture du FOSPA

                                                         Séance de clôture du FOSPA

« Ici se sont rencontrés,  ce jour, les  deux poumons de notre planète terre. Ici se sont rencontrés aussi des cœurs venant des   cinq continents. Des   cœurs   des  personnes engagées dans la lutte pour la justice, le respect des droits humains et des droits de la terre mère, la chère «Pachamama ». Ces personnes  qui    luttent pour la paix ».

C’est ainsi que s’est exprimée Madame Véronique FAYET, la présidente du Secours Catholique Caritas  France, qu’accompagnait Mr Antoine Fayet, son cher époux. Elle remerciait les partenaires du CCFD (Comité Catholique contre le Faim et pour le Développement) Terre solidaire et du Secours Catholique qui ont accepté de parcourir de longues distances en vue de participer au     Huitième Forum Social Pan Amazonien (FOSPA) qui s’est tenu du 28 avril au 1 Mai 2017 à TARAPOTO, une des villes du Pérou. Le Forum s’est tenu à l’Université Nationale de San Martin.

Au milieu, Mme Véronique FAYET, avec à sa gauche et à sa droite des membres du REPAM et du REBAC

Au milieu, Mme Véronique FAYET, avec à sa gauche et à sa droite des membres du REPAM et du REBAC

« Hemos venido al llamado del bosque » (Nous sommes venus à l’appel de la forêt.), pouvait-on lire sur  les grandes  affiches du FOSPA. 

La délégation du Réseau Ecclésial de la forêt du Bassin du  fleuve  Congo, REBAC, s’est présentée comme venant du 2° poumon de la planète, la foret du bassin du fleuve Congo, sœur de forêt de l’Amazonie.  Elle était composée de deux personnes : l’Abbé MAVOUNGU, Coordonateur de la Commission Episcopale Justice et Paix de la République du Congo (Brazzaville) et Monsieur HENRI MUHIYA, Secrétaire Exécutif  de la Commission Episcopale pour les Ressources Naturelles de la Conférence Episcopale  Nationale du Congo (Kinshasa), la CERN/CENCO. « Les deux poumons de la Planète » est le terme utilisé par le Pape François, dans sa célèbre encyclique « Laudato si’ » (n°38) pour désigner la forêt de l’Amazonie et la forêt du Bassin du fleuve Congo. Les délégués du REBAC ont saisi cette opportunité pour apprendre de la dynamique amazonienne de l’Amérique latine et partager l’expérience du Bassin du Congo, profitant ainsi de cet espace de libre échange qu’est le 8° Forum Social Pan Amazonien.

M. Henri MUHIYA (à gauche) et Abbé Félicien MAVOUNGOU (à droite), au milieu de la délégation du Secours catholique dans la rotonde de la FOSPA

M. Henri MUHIYA (à gauche) et Abbé Félicien MAVOUNGOU (à droite), au milieu de la délégation du Secours catholique dans la rotonde du FOSPA

Invités par le Secours Catholique, les deux représentants du REBAC faisaient partie d’une forte délégation de membres et partenaires du Secours Catholique, venant de la France, du Bengladesh, du Vietnam, d’Israël, de l’Afrique centrale (République Démocratique du Congo et République du Congo), et d’un bon nombre de pays du Bassin de Amazonie : la Bolivie, la Colombie, le Brésil, le Pérou, la Guyane française, etc.

Pour la délégation du REBAC, l’objectif de cette mission était de voir, s’inspirer et  partager l’expérience sur la protection de la forêt. Grace à des interprètes français-espagnol-français, la délégation a pu échanger avec le Réseau du Bassin de l’Amazonie : le Réseau Ecclésial Pan Amazonien (REPAM) : paysages similaires, luttes similaires dans des contextes tropicaux différents. Il s’agissait d’un côté de la protection de la forêt face aux menaces de giga projets, et de l’autre,   la lutte contre la pauvreté et pour un modèle de développement qui respecte les droits  la Pachamama, la Terre mère, que le Pape  François appelle la « maison commune ».

B