Lancement des travaux de la foresterie communautaire en RDC

Le secrétaire général à l’Environnement et Développement durable, Vincent Kasulu, a invité mercredi les participants aux travaux de l’atelier national sur la foresterie communautaire en RDC, à s’imprégner de l’état d’avancement du processus de mise en œuvre de la foresterie communautaire et des modalités d’attribution de ses forêts par les communautés locales (COLO) en vue de trouver une stratégie de gestion et de partage équitable des revenus à mettre en place en faveur des communautés locales.

M. Vincent Kasulu qui a appelé à la lutte contre des conflits potentiels et leur prévention dans ce processus, a aussi instruits les participants d’intégrer les minorités socioculturelles dans ce processus afin d’éviter la marginalisation de certaines composantes sociales notamment les peuples autochtones et les femmes dans la mise en œuvre du processus, avant de les amener à s’en approprier progressivement. M. Kasulu a salué l’initiative du Réseau Ressources naturelles qui vient de baliser le terrain et de contribuer au développement harmonieux du processus en RDC, formulant le vœu de voir les recommandations de cet atelier aboutir à un résultat escompté pour la mise en place d’une stratégie et de la politique adéquate de la foresterie communautaire fondé sur la conservation et la responsabilisation d’une gestion durable des forêts des communautés locales (CFCL) par la communauté elle même.

Pour sa part, le coordonnateur du réseau Ressources naturelles (RRN), Joseph Bobia, a circonscrit le contexte de la foresterie communautaire dont les jalons remontent à la promulgation, en 2002, du code forestier basé sur des principes modernes de gestion des ressources et des conventions internationales sur l’environnement.

Ce processus, a- t- il reconnu, institué par le décret du Premier ministre attribuant des concessions forestières aux communautés, en 2014, a le potentiel de réduire en milieu rural la pauvreté. Il entend aussi faire participer effectivement les COLO à la gestion durable des ressources forestières.

M. Bobia a déclaré que la mise en œuvre de la foresterie communautaire dépend de la signature de l’arrêté ministériel relatif à la gestion des CFCL, préalable majeur pour matérialiser le processus. Les partenaires au développement et techniques, les porteurs des initiatives pilotes du processus ont, de leur côté, partagés leurs expériences sur les activités menées sur le terrain où la foresterie communautaire développée à petite échelle a fait ses preuves.

 ACP/Kayu/Wet/FMB

 

B