Le Forum Social Panamazonien pour la justice sociale et environnementale

Marche FOSPA

Marche des participants à l’ouverture du  FOSPA

Il s’est tenu du 28 au 1er mai 2017, à Tarapoto au Pérou, le 8ème Forum Social Panamazonien (FOSPA). Ce dernier est à la fois un processus, un événement et un espace qui permet la coordination des mouvements sociaux, des communautés traditionnelles et des peuples originaires des neufs pays du bassin amazonien (Brésil, Equateur, Venezuela, Bolivie, République Coopérative du Guyana, Suriname, Colombie, Pérou et le département français de la Guyane). Son objectif est de rapprocher les cultures, rompre l’isolement des démarches de résistance des populations les plus

Un atelier lors du FOSPA

pauvres, renforcer la Société civile, développer l’autonomie des peuples, promouvoir la justice sociale et environnementale, proposer des modèles de développement alternatifs.

Cinq thèmes principaux ont été retenus pour cette 8ème édition. Il s’agit de :

  • Impacts Extractivisme et Mégaprojets sur les droits des populations et l’environnement;
  • Modèles alternatifs (Bien vivre)
  • Le territoire comme axe central de la vie des peuples de la Panamazonien;
  • Les femmes de l’Amazonie et des Andes;
  • Les changements climatiques et la sécurité et souveraineté alimentaire.

Secours Catholique et ses partenaires dont le REBAC

La Commission Episcopale pour les Ressource Naturelles de la Conférence Episcopale Nationale du

Délégués de Secours Catholique au FOSPA

Congo (CERN/CENCO), membre du Réseau Ecclésial du Bassin du Congo (REBAC), a été invitée comme partenaire de Secours Catholique/Caritas France. La participation de cette dernière s’inscrit dans le processus des Forum Social Mondial (FSM) et de Forum Social Panamazonien (FOSPA) antérieurs auxquels le Secours Catholique a été actif sous diverses formes. Le FOSPA étant un espace stratégique pour mener des convergences entre acteurs de la Société civile, le Secours Catholique a saisi l’occasion pour mobiliser ses partenaires de la région dont un certain nombre font partie du Comité international (Red Muqui), du Comité local (CAAAP de San Martin), et du Secrétariat d’Organisation (CAAAP) et deux représentants du REBAC.

Le Tarapoto au Pérou, un choix stratégique

Lors du dernier FOSPA de Macapa au Brésil en mai 2014, le Pérou a été choisi pour accueillir l’édition de 2017. Le Pérou est vu comme un pays où des expériences et initiatives intéressantes se développent. Des processus sont menés sur des questions liées au secteur extractif, aux changements climatiques, aux situations de conflits avec les mouvements sociaux, aux institutions de la Société civile et aux organisations indigènes. Le Tarapoto est un territoire de résistance

Forêt Amazonie

où des luttes ont été menées, et où de grands projets ont été stoppés. Les autorités locales ont d’une certaine manière essayé de promouvoir le développement durable. C’est un lieu central, facile d’accès. On peut y arriver par route, par avion, et la ville se situe dans une zone où il existe un réel effort d’articulation des organisations indigènes d’Amazonie et des Andes. Stratégiquement, c’est aussi une excellente opportunité pour le péruviens d’exiger du nouveau gouvernement national et des gouvernements locaux d’assumer les engagements qu’ils ont pris.

Peuples indigènes

La région amazonienne est fondamentalement stratégique, non seulement pour les pays qui la composent mais aussi pour l’ensemble des Etats du monde. L’Amazonie constitue entre 15% à 20% de réserve d’eau douce et 80% de la biodiversité de la planète. Sa diversité sociale et culturelle mérite d’être soulignée : 400 peuples indigènes y parlent 300 langues. Son territoire couvre 43% de la superficie totale du continent latino-américain.

CERN

B