Le projet PEASU améliore la desserte en eau potable à Kasangulu

Grande était la joie de la population de Kasangulu, dans la province du Bas-Congo, de recevoir de l’eau potable de la REGIDESO 24H/24 et de voir son environnement assaini avec la construction des latrines hygiéniques. Cela, grâce au Projet d’alimentation en eau potable et d’assainissement en milieu semi-urbain (PEASU) financé par la Banque Africaine de Développement et le Gouvernement congolais. Les activités de ce projet concernent trois centres de la REGIDESO, à savoir : Kasangulu, Lisala et Tshikapa.

Après la réalisation des travaux d’extension et de modernisation des systèmes de production et de distribution d’eau potable dans cette partie de la province du Bas-Congo, le ministre des Ressources hydrauliques et électricité a inauguré ces installations le mardi 11 mars.

Prenant la parole, le coordonnateur national de la Cellule d’Exécution des projets eau de la REGIDESO CEP-O/REGIDESO a fait savoir que ce projet poursuit deux objectifs, à savoir : contribuer à l’amélioration des conditions sanitaires et de la qualité de vie des populations congolaises, et assurer un service durable d’alimentation en eau potable et d’assainissement à Kasangulu, Lisala et Tshikapa.

D’après Jean-Louis Bongungu, la réalisation de ces ouvrages a permis d’augmenter substantiellement la capacité de production qui est passée de 800 à 2.200 m3/jour, la capacité de stockage de 100 à 750 m3 et le taux de desserte de 40 à près de 100% pour une population de Kasangulu estimée à près de 36.000 habitants.

Ainsi, le patron de la CEP-O est convaincu que près de 20.000 habitants supplémentaires ont accès à une eau de bonne qualité. Cela contribue à l’amélioration des conditions sanitaires et de la qualité de vie des populations.
Au nom de l’Administrateur Délégué de la REGIDESO, le coordonnateur du projet PEASU, a indiqué que cet important investissement ne peut assurer un service durable d’alimentation en eau potable que si des mesures en vue de sa pérennisation sont mises en œuvre. Profitant de la présence du ministre de RHE, il a fait un plaidoyer à l’endroit du Gouvernement pour que la protection de ces ouvrages soit garantie notamment par des travaux de lutte antiérosive.

A la REGIDESO, il a demandé qu’il y ait une équipe technique forte pour assurer la maintenance accrue du système d’exploitation et que les bénéficiaires, pour leur part, puissent s’approprier ce patrimoine en veillant au paiement régulier des factures de consommation d’eau afin de permettre à cette entreprise de distribution d’eau de faire face à bien des défis qui s’imposent à elle.
5 MILLIONS USD POUR REALISER CES TRAVAUX.

Ces travaux, qui ont démarré le 15 juillet 2010, se sont achevés le 18 décembre pour un coût global de près de 5 millions d’USD. Ils ont été exécutés par l’entreprise SAFRICAS. La modernisation et la réhabilitation de ces ouvrages ont consisté, notamment, en la construction d’un nouvel ouvrage de captage d’eau brute, la construction d’un tour de mélange, la construction d’un nouveau réservoir d’eau traitée de 100 m3. Il s’agissait aussi de la réhabilitation de l’unité de traitement existante, dont la capacité est passée de 40 à 50 m3, la réhabilitation de deux stations de pompage d’eau brute d’une capacité totale de 110 m3, la fourniture et la pose de 15 Km de conduite d’eau ainsi que la construction de 16 nouvelles bornes fontaines.

Pour sa part, le délégué du représentant résident de la BAD a déclaré que la mise en service de cet ouvrage est un moment très capital, parce que marquant la fin d’une étape, celle des pénuries récurrentes d’une denrée essentielle pour la vie à savoir  » l’eau potable « . Mais, c’est surtout le début d’une autre étape, celle d’un approvisionnement durable et garanti en eau potable qui permettra à la population de Kasangulu d’améliorer sensiblement son cadre de vie.
Selon lui, le PEASU est la deuxième opération de la Banque dans le secteur de l’eau et de l’assainissement depuis la reprise de la coopération avec la République Démocratique du Congo.

Il a été conçu pour répondre à l’objectif de l’amélioration des performances de l’exploitation et le redressement de l’équilibre financier à travers la réhabilitation des infrastructures existantes, le renforcement des capacités des unités de production d’eau, l’amélioration de la gestion des points d’eau par la promotion de la participation communautaire et du secteur privé. Le renforcement des programmes d’assainissement existants et de les étendre à l’échelle nationale.

En RDC, a-t-il poursuivi,  » nous entendons jouer pleinement notre rôle dans ce secteur comme dans bien d’autres pour marquer notre  » présence « , asseoir notre  » différence  » et parvenir à une  » performance opérationnelle  » et de qualité de service exemplaires « .

Ainsi, la BAD a réitéré sa disponibilité à accompagner les efforts de développement de la RDC dans un esprit de partenariat mutuellement bénéfique et pour le bien-être des populations. Le ministre et les autorités présentes à cette cérémonie, ont visité toutes les installations.

Mathy MUSAU/Forum des AS

 

B