Revue de presse du 04 au 06 août 2017

« Rapport de Global Witness: l’ASADHO suggère la révision du système fiscal dans le secteur minier », renseigne la Prospérité. Jean-Claude Katende, président national de l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme, ASADHO, dont la structure a publié une déclaration le lundi 31 juillet 2017. Dans ladite adresse, cette organisation de la société civile incrimine le Ministère des Mines, la Gécamines et l’ITIE-RDC au sujet de 750 millions USD ayant échappé au trésor public, selon ce récit de Global Witness, et en outre, invite à la révision du système fiscal en instaurant dûment le principe de transparence des fonds.  L’ASADHO estime que le système des pénalités perçues par les administrations financières auprès des entreprises extractives favorise simplement une minorité d’individus au détriment du Trésor public, d’une part, et la corruption dans la mesure où les fonds octroyés aux régies financières échappent au contrôle de l’ITIE. Par ailleurs, l’ASADHO se félicite dudit rapport parce qu’il remet sur la table les questions que les organisations de la société civile de la RDC ont toujours soulevé. Il s’agit, d’une part, des questions liées à la gestion par la Gécamines de revenus perçus de ses partenaires en termes de pas-de-porte, royalties,…et ceux inhérents à la vente ou cession d’actifs et, d’autre part, de celles concernant la clef de répartition des pénalités versées aux régies financières par les entreprises minières.

« Tanganyika : affrontements meurtriers entre Pygmées et Bantous Lubas », informe RFI. En République démocratique du Congo, de violents combats ont opposé Pygmées Twa et Bantous Lubas ce vendredi 4 août dans le groupement de Lambo Kilela dans  la province du Tanganyika. Une zone jusqu’ici épargnée par ces violences intercommunautaires qui gangrènent la province depuis août 2016. La société civile fait état d’un bilan non confirmé d’un peu plus de 50 victimes. Au moins une trentaine de blessés dont certains graves ont été soignés après ces combats, selon une source médicale. Le gouvernement provincial a envoyé une délégation sur place pour faire une évaluation. Les raisons de l’attaque restent pour le moment inconnues. « On ne sait pas encore ce qui s’est passé parce qu’en fait, c’était le groupement de Lambo Kilela. Ce groupement jusque-là n’avait jamais été attaqué par les Pygmées. On est encore en train de chercher à regrouper tous les rescapés. Ensuite, on pourra savoir ce qui s’est passé exactement», explique au micro de RFI Modeste Kabazi, porte-parole de la société civile du Tanganyika.

« Nord-Ubangi : les exploitants artisanaux interdits de couper le bois à Businga », écrit Radio Okapi. L’administrateur du territoire, Désiré Bongula, a interdit aux exploitants artisanaux de couper le bois à Businga au Nord-Ubangi. Dans sa note du vendredi 4 août, il leur reproche de n’avoir pas signé les cahiers de charge avec les populations locales et de ne pas payer les frais dus à la province. Personne parmi les exploitants, n’a élaboré ni signé un quelconque cahier de charge avec les autochtones pour le développement local, notamment dans les secteurs de Businga et de Karawa. Un autre grief retenu à l’encontre des exploitants artisanaux, c’est le manque de conformité aux normes techniques de la coupe de bois. Ces exploitants ne respectent pas le choix des essences ni la circonférence de la grume à couper. Ils ne font pas non plus de déclaration, à la fin de chaque trimestre, des mètres cubes exploités avec les frais techniques y afférents. Cette décision fait suite à la mission de vérification que vient de mener une délégation du gouvernement provincial. Selon le rapport du chargé de l’Environnement, seuls quelques-uns d’exploitants artisanaux ont à peine payé une avance pour l’obtention du permis de coupe et l’agrément auprès de l’autorité provinciale.

B