Revue de presse du 07 au 08 décembre 2016

Handful Of Water for Africa

« L’accès à l’eau potable : l’Afrique prend la question à bras-le-corps », rapporte AfricaNews. La Facilité Africaine de l’Eau (FAE) a ouvert son 16ème Conseil d’administration ce lundi 05 décembre 2016 à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Les 650 délégués venus d’Afrique, d’Asie et de l’Amérique latine se sont réunis afin de réfléchir sur comment parvenir à donner de l’eau potable à toute la planète. « Une perspective qui reste réalisable », a estimé Kerstin Danert, directrice du Rural Water Supply Network (RWSN) avant d’affirmer qu’il y a assez d’eau sur la planète pour réaliser ce rêve. Au cours de cette rencontre, les ministres africains chargés de l’eau AMCOW et les bailleurs croiseront les réflexions sur la version provisoire de la stratégie à long terme de cette Agence de la Banque Africaine de développement BAD.

réserves-dor-« Ghana : la croissance ralentit malgré les immenses potentialités en ressources naturelles », rapporte l’Agence ECOFIN. Pays riche en ressource naturelles, le Ghana souffre d’un ralentit économique lié à la chute des prix des matières, qui pourrait influer sur l’élection présidentielle de mercredi. Le Ghana est le 2ème producteur d’or du continent après l’ Afrique du Sud et le 2ème producteur mondial de cacao après la Côte d’Ivoire. Devenu producteur de pétrole en 2010, le pays est aussi riche en diamants, bauxite et manganèse. Présenté autrefois comme un exemple de croissance économique, le pays a dû recourir à l’aide du Fonds monétaire international (FMI) en 2015 en raison de la baisse générale des prix des matières premières.

4-7« ICCN : une feuille de route pour la conservation de la Réserve de Tumba-Lediima« , informe l’Avenir. En vue de trouver des solutions durables à la problématique de la gestion de la Réserve naturelle de Tumba-Lediima (RTL) dans les provinces de Maï-Ndombe et de l’Equateur, l’Institut Congolais pour la Conservation de la nature (ICCN) a réuni des parties prenantes, le lundi 14 novembre courant à Kinshasa, dans le cadre d’un atelier de concertation. L’objectif principal était de définir les stratégies efficaces pour créer les conditions favorables à la mise en place d’un système de gestion propice à la préservation de la biodiversité de cette aire protégée RTL. A l’issue de cette réunion, les parties prenantes se sont convenues, notamment, pour la mise en place d’un comité de suivi au niveau national pour continuer les réflexions sur les actions futures à mener dans l’espace Tumba-Lemba. Aussi, pour une restitution des résultats de ces travaux au niveau des communautés locales et à la poursuite de ce processus de consultation au niveau local avec la participation des parties prenantes.

B