Revue de presse du 16 au 17 Août 2017

« RDC : le gouvernement prolonge la suspension de la TVA sur les importations des compagnies minières », titre Jeune Afrique. Plusieurs médias congolais ont annoncé, samedi 12 août, la ré-instauration de la TVA sur les importations des compagnies minières en RDC, suite à l’expiration, en juillet, du décret qui suspendait cette taxe. Il s’agissait en fait « d’un oubli du gouvernement de ré-instruire la DGDA (direction générale des douanes et accises) de maintenir le moratoire de la suspension de la TVA », explique un porte-parole de la Chambre des Mines contacté par Jeune Afrique. Le ministre des Finances a, depuis, instruit les régies financières de suspendre à nouveau la perception de cette taxe pour les entreprises minières. L’objectif de cette suspension est de réduire l’ampleur des demandes de remboursement des crédits TVA dues aux importations effectuées par les entreprises minières. Le secrétaire de la chambre des Mines a précisé à Reuters que le gouvernement devait encore rembourser aux entreprises minières quelques 700 millions de dollars de TVA perçues au cours des années précédant la suspension.

« Kananga: des «Kadhafi» protestent à cause du retard de livraison du carburant par TOTAL », écris Radio Okapi. Des revendeurs des produits pétroliers, appelés «Kadhafi», à Kananga s’en prennent à la société TOTAL qu’ils accusent de ne pas leur avoir livré du carburant plusieurs semaines après avoir perçu l’argent. Ils ont protesté mardi 15 août à la station TOTAL située au rond-point «CERCLE», exigeant que leur argent leur soit rendu. Ce qui a exaspéré davantage ce groupe de revendeurs c’est d’avoir appris lundi que TOTAL leur exigeait d’ajouter 43 000 francs congolais (environ 30 dollars américains, avec le taux de 1500 appliqué à Kananga) par fut d’essence pour obtenir leurs produits. Pourtant, ils avaient déjà versé l’argent pour 55 fut d’essence au prix de 468 000 francs congolais (312 dollars américains) pour un fut de 200 litres d’essence. Le responsable de TOTAL à Kananga, Jérôme Welewele, fait savoir que la somme additionnelle demandée aux revendeurs s’explique par les fluctuations du franc congolais sur le marché d’échange. Des fluctuations qui, selon lui, ont une incidence sur le prix du carburant. Selon Jérôme Welewele, le prix final que doit payer un client est celui appliqué lors de la livraison.

« Bunia: 4 agents et cadres de la SOCOMIN interpellés », rapporte la même Radio. Quatre agents et cadres de la Société congolaise des mines (SOCOMIN), dont son Directeur général, ont été interpellés mardi dernier à l’Etat-major de la Police nationale congolaise (PNC) sur ordre du comité provincial de sécurité à Bunia. Deux prévenus ont été relâchés quelques heures après et les deux autres, mercredi 17 août, après un interrogatoire. On leur reproche de recruter des agents pour des travaux d’exploitation industrielle de l’or dans la concession querellée de Nzani en territoire de Mahagi sans que le gouvernement provincial en soit informé. Le ministre provincial des mines, Déogratias Ombalia qui a investigué sur ce dossier déclare que c’est depuis trois mois que la SOCOMIN est opérationnelle dans cette concession. Or, cette dernière fait l’objet d’un contrat d’amodiation, qui n’est pas encore résilié entre la SOKIMO et la firme privée Mwana Africa. Deogratias Ombalia soutient que la présence de SOCOMIN dans cette concession 39  de la SOKIMO, à l’insu des autorités provinciales, constitue une violation du code minier.

« RD Congo : Banro Corp voit son bénéfice chuter de 60% au deuxième trimestre 2017 », informe l’Agence Ecofin. Au cours du trimestre terminé en juin 2017, Banro Corp, active sur les projets aurifères Twangiza et Namoya en RD Congo, a enregistré des revenus financiers de 40 millions $, soit une baisse en glissement annuel de 30%. Dans son bilan du trimestre publié jeudi, elle rapporte également un bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) de 6,6 millions $ (-60%). En ce qui concerne la production d’or, elle était de 19 151 onces sur la mine Namoya à un coût de 812 $/oz, et de 19 588 onces sur celle de Twangiza à 837 $/oz. La société précise avoir vendu durant le trimestre 35 280 oz d’or à un prix moyen par once de 1 187 $.

« Projet Grand Inga : des ONG dénoncent le manque de transparence », rapporte Adiac-Congo. Dans un document publié le 15 août, cent trois ONG œuvrant dans le secteur de la gouvernance des ressources naturelles ont dénoncé le manque de transparence dans la réalisation du projet Grand Inga. Ces organisations se sont également dites préoccupées par les « obstacles liés à l’accès à l’information publique et à la gestion opaque du projet de construction du barrage hydroélectrique Inga III ». Tout en dénonçant l’absence d’un plan de délocalisation et de réinsertion des populations riveraines de ce projet, ces organisations ont, par ailleurs, rappelé que la mise en œuvre de ce projet affectera négativement les droits de ces populations vivant dans les villages riverains d’Inga dont Kilengo, Lundu, Lubwaku, Camps Kinshasa et Nvuzi 3. Ces ONG en appellent à une enquête parlementaire pour faire toute la lumière dans ce dossier.

B