Revue de presse du 19 au 20 décembre 2016

image174245-600x315« Matières premières : le cuivre reprend des couleurs« ,, rapporte le Magazine Jeune Afrique. Le prix du cuivre a connu ces trois derniers mois une hausse sans précédent depuis cinq ans, atteignant 5 935 dollars la tonne le 29 novembre, soit 25 % de plus qu’en septembre et son niveau le plus haut depuis juin 2015. Ce rebond, particulièrement prononcé depuis le 8 novembre, s’explique en partie par l’élection de Donald Trump, qui a donné l’espoir aux investisseurs d’un grand plan d’infrastructures aux États-Unis et donc d’une hausse importante de la consommation du métal rouge. Reste que, selon Magnus Ericsson, analyste et professeur d’économie minière à l’Université technologique de Lulea, en Suède, les fondamentaux du marché – l’équilibre entre l’offre et la demande – sont de nouveau plutôt bien orientés. « On a sous-estimé l’importance de la demande chinoise, qui reste soutenue. Le cuivre est un minerai dont l’empire du Milieu a besoin dans sa phase actuelle de développement économique, et il ne dispose pas de réserves suffisantes et accessibles à bas prix », explique le Suédois, qui était en octobre en Chine pour rencontrer des professionnels du secteur minier. Alors que le cours du métal reste encore bas par rapport à son niveau d’entre 2010 et 2014, quand il se maintenait entre 6 000 et 10 000 dollars la tonne, la période paraît opportune aux yeux des groupes chinois, avec des acquisitions à prix intéressants et des coûts de production et de développement bien moindres qu’en période faste – et ce d’autant plus que les taux de change sont avantageux, avec des monnaies locales faibles face à un dollar fort.

ecomakala_associated_fuel_efficient_stoves__credit_sinziana_maria_demian__wwf_central_af_3« Le WWF-RDC présente à Mbandaka le premier lot de 500 foyers culinaires améliorés produit par des artisans formés« , informe l’Agence Congolaise de Presse (ACP). Le Fonds Mondial pour la nature (WWF-RDC) a présenté à Mbandaka, dans la Province de l’Equateur, le premier lot de 500 foyers améliorés produit par des artisans qu’il a formés dans les villages alentours, lors du lancement de la campagne visant à sensibiliser la population sur l’utilisation des foyers culinaires améliorés organisée à cet effet. Les foyers culinaires améliorés, souligne le WWF, sont des braseros utilisés pour la cuisine qui ont pour caractéristique principale la réduction sensible de la consommation du combustible charbon de bois (communément appelé également «braises » en RDC) ; ce qui représente un double avantage tant du point de vue de l’économie domestique que celui de la conservation des ressources naturelles. Le bois énergie a été identifié comme une des principales causes de la déforestation et de la dégradation des forêts en RDC.  La carbonisation (c’est-à-dire la fabrication de charbon de bois) à elle seule vient en troisième position parmi les principales causes de la déforestation et dégradation des forêts dans la nouvelle Province de l’Equateur.

B

Share This Post

Related Articles

© 2017 CERN/CENCO. All rights reserved. Site Admin · Entries RSS · Comments RSS
Powered & · Designed by Broosolutions IT