Revue de presse du 24 au 25 mai 2017

« Mines : record d’extraction du coltan en 2016, mais pour quelles recettes financières ? », se questionne Le Maximum. La RD Congo a produit plus de 2.414 tonnes de coltan en 2016, selon les dernières statistiques de la Banque centrale du Congo, BCC. C’est le record de tous les temps, en fait depuis que le colombo-tantalite (coltan) est repris dans la chaine de la production minière de la RD Congo, en 2005. Mais pour quelles recettes ? La BCC n’avance aucun chiffre ! Le ministère des Finances, qui est dans l’obligation de publier trimestriellement le volume de production ainsi que les recettes des industries extractives, est en retard de publication depuis 2014 sur les statistiques minières ! Force est de constater qu’aucune recette se rapportant au coltan n’a été officiellement rendue publique depuis 2005 par le ministère des Finances (voir fac-similé). Et par ailleurs, la Banque centrale qui tient pour source le ministère des Mines et le CEEC, avance les chiffres de la production annuelle des dix prochaines années qui ne correspondent pas toujours avec ceux du ministère des Finances. Il y a par exemple un écart de près de 200 T. sur la production de 2013 entre les deux sources !

« RDC : Ivanhoe reçoit un dernier paiement de 41,2 millions $ de la part de Zijin Mining », titre l’Agence Ecofin. Le chinois Zijin Mining a payé la dernière tranche de 41,2 millions $ qu’il doit à Ivanhoe Mines, pour l’acquisition de 49,5% de participation dans Kamoa Holding, filiale détenant à 80% le projet de cuivre Kamoa-Kakula, en RD Congo. La transaction a été conclue, en 2015, pour un montant total de 412 millions $. Lors de la clôture, en décembre 2015, la société chinoise avait payé une tranche initiale de 206 millions $. Elle avait versé respectivement en mars, juillet et octobre 2016, les trois premières tranches du montant restant (41,2 millions $ chacune) et en février dernier, l’avant dernière tranche. Selon les dernières estimations, le projet héberge 1 milliard de tonnes de ressources minérales indiquées, titrant 3,02% de cuivre et 191 millions de tonnes de ressources inférées, titrant 2,37% de cuivre.

 

« 63 familles hutu empêchées de quitter Goma vers l’Ituri », écrit VOA. Ces familles ont campé pendant trois jours à Goma devant le bureau du gouverneur du Nord-Kivu, demandant à être de nouveau autorisées d’aller et venir librement dans la province voisine d’Ituri dans le Nord-est de la RDC. Depuis l’année passée, l’assemblée provinciale avait suspendu par mesure de sécurité le mouvement de ces personnes vers la région de Beni. La mesure visait à éviter que les Hutu soient confondus avec les combattants de la rébellion des ADF pointés du doigt, selon l’ONU, dans le massacre de plus de 800 civils dans la région de Beni. Sur ce, le gouverneur du Nord-Kivu vient de décider l’identification de cette masse de personnes avant tout mouvement qui risquerait de créer une confusion avec plus de 199.000 réfugiés rwandais vivant toujours dans la province du Nord-Kivu.

« Bas-Uele : 50 millions USD d’une firme suisse pour la relance de la culture de Cacao »,  titre Radio Okapi. La province du Bas-Uele a signé mercredi 24 mai un contrat d’investissement de l’ordre de 50 millions de dollars américains avec une firme suisse pour l’installation d’un parc agro-industriel avant de relancer la culture de Cacao dans la région.  Le gouverneur du Bas-Uele, Armand Kasumbu qui l’a fait savoir à Radio Okapi, a indiqué que deux pépinières de Cacao seront à partir du mois d’août préparées dans les territoires de Dingila et Buta pour servir dans les six  mois à venir tous les habitants de la province qui aimeraient se lancer dans cette culture. Il encourage ses administrés à se lancer dans la culture du Cacao, soulignant qu’au niveau international,  ce produit a gagné en valeur.  

« Kolwezi : la valorisation de l’entreprenariat local au cœur du forum minier Indiaba 2017 », titre Radio Okapi. Le Forum minier Indaba 2017 (Investing in African mining Indaba) s’est ouvert mardi 23 mai à Kolwezi (Lualaba). Lors de lancement des travaux, le gouverneur de province, Richard Muyej, a affirmé que l’entreprenariat local n’est pas valorisé en RDC. Cette situation ne permet pas le développement des communautés où sont implantées les industries minières, a déploré Richard Muyej. Les participants à ces travaux viennent de la RDC, de l’Afrique du Sud, du Botswana ainsi que de l’Angola. Les débats tournent autour des mines, le développement ainsi que la cohabitation entre les industriels et les communautés locales.

B