Revue de presse du 28 au 29 décembre 2016

20161227_103752« Kongo-Central : plusieurs morts après une forte pluie à Boma« , annonce Radio Okapi. La ville de Boma, dans le Kongo-Central, est inondée après la forte pluie qui s’est abattue dans la nuit de lundi 26 décembre. Plusieurs personnes sont mortes, selon les autorités locales, qui ne donnent pas de bilan précis. La société civile parle de trente personnes qui seraient emportées des suites de cette catastrophe naturelle. Plus de cinquante maisons ont été détruites et de dégâts matériels importants sont enregistrés. Toutes les communes de la ville de Boma sont sous les eaux. C’est la première fois que Boma soit inondée de la sorte, selon la société civile. Cette pluie est tombée pendant trois heures avec des vents violents. Même le centre-ville souvent épargné par l’arrivée des eaux n’a pas résisté. C’est la rivière Kalamu et le fleuve Congo qui sont sortis de leurs lits. Des sources locales indiquant que les eaux qui ont inondé la ville de Boma se retirent progressivement.

forestiere-ph-john-bompengo-2« L’ONG GASHE dénonce l’exploitation forestière illégale à l’Equateur« , rapporte la même presse. Le Groupe d’action pour sauver l’homme et son environnement (GASHE) a dénoncé, mardi 27 décembre à Mbandaka, des cas d’exploitation forestière illégale, à l’Equateur. L’ONG a notamment cité le non-respect des normes de coupe de bois et l’abandon des grumes, le non-respect des clauses sociales et l’irrégularité de paiement des agents des entreprises forestières. Le directeur des projets au GASHE, Etienne Kasereka, indique que cette situation est à la base de la pauvreté dans ces zones d’exploitation forestière. Il regrette que malgré les dénonciations auprès de l’administration provinciale rien ne change sur le terrain. Selon lui, ces cas d’illégalités font manquer aux communautés leur droit de jouissance et à l’Etat, les revenus qu’il devait percevoir dans le cadre de paiement des taxes.

 23f93a73c9bc8b3a8475e0b257b1e2cb« Les cours du pétrole atteignent leur plus haut niveau de l’année 2016« , informe l’Agence ECOFIN.  Mardi, le baril de Brent a atteint 56,09 dollars propulsé par les promesses de réduction de l’offre de la part des grands pays producteurs. C’est son plus haut niveau de l’accord en cours. Par ailleurs, à la clôture du New York Stock Exchange, le WTI américain s’échangeait à environ 53 dollars, le baril, une première en 2016. Il faut dire que les prix du pétrole reviennent de loin. En janvier, ils sont descendus à leur plus bas niveau depuis plus de 13 ans, 27 dollars le baril. A l’époque, plusieurs compagnies d’exploitation à travers le monde ont mis les clefs sous la porte et certains pays producteurs ont souffert et continuent de souffrir des prix restés trop longtemps bas. Pour preuve, le Nigéria est en récession économique depuis le premier trimestre de 2016 et le Venezuela connait toujours un taux d’inflation record de 475% selon le FMI. Les analystes restent sceptiques à l’idée d’une forte remontée des prix dans les prochains jours.

badibanga_samy_16_0001« Pour résoudre la crise économique en RDC, Samy Badibanga mise sur la relance de l’agriculture« , informe Forum des As. A entendre le chef du gouvernement, l’agriculture est le secteur qui peut créer rapidement de très nombreux emplois durables, pour la population qui vit à 70% en milieu rural. A en croire Samy Badibanga, son gouvernement va s’atteler, à travers des partenariats techniques et financiers, à la relance des exploitations à l’arrêt et au soutien de l’agriculture familiale. L’occasion sera aussi propice pour relancer les routes de desserte locale dont la rénovation donnera du travail à la jeunesse.

B