Revue de presse du 30 au 31 août 2017

« Marché de Lufu : la RDC suspend l’importation du ciment gris, barres de fer et bières des pays limitrophes », rapporte La Tempête des Tropiques.  Le ministre du Commerce extérieur, Jean Lucien Bussa, a signé vendredi 25 août des arrêtés ministériels interdisant l’importation du ciment gris et du clinker, des barres de fer, des bières et boissons gazeuses en provenance des pays limitrophes. Ces mesures concernent les postes frontaliers situés dans la partie ouest du territoire national pour une durée de six mois. Des observateurs y voient une mesure qui vise surtout les produits en provenance du marché frontalier de Lufu, où  plusieurs commerçants de Kinshasa se rendent chaque semaine pour acheter des produits en provenance de l’Angola voisin.  Ces mesures, indiquent les arrêtés, visent à encourager l’industrie locale qui contribue au budget de l’Etat par le paiement d’impôts, taxes et redevances ainsi qu’à la création des richesses. Ces décisions permettent aussi d’assainir et d’éradiquer l’entrée massive et frauduleuse des produits cités, qui s’opère aux postes frontaliers. Toutefois, «toute importation en cours initiée avant le 25 août peut bénéficier d’une dérogation; à condition qu’elle soit signalée, dans le délai de quinze jours, au ministre du Commerce extérieur», précise les arrêtés.

« Eradiquer le travail des enfants dans les mines, une priorité nationale pour la RDC », écrit l’Agence Congolaise de Presse. Le ministre d’Etat à l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale, Lambert Matuku Memas, a réaffirmé le mercredi 30 août 2017, à Kinshasa, l’engagement de la République démocratique du Congo d’éliminer d’ici à l’année 2025, toutes les pires formes de travail des enfants dans tous les domaines en général et dans le secteur minier en particulier. M. Matuku l’a fait savoir à l’ouverture de l’atelier de validation de la stratégie nationale sectorielle de lutte contre le travail des enfants dans le secteur des mines en RDC. Il a précisé que cet engagement est conforme à la stratégie nationale sectorielle de lutte contre le travail des enfants  dans l’exploitation des mines industrielles et artisanales de toutes les filières minières. Le ministre d’Etat qui représentait le Chef du gouvernement a noté  que le pays s’engage également à mettre en œuvre, progressivement, toutes les recommandations formulées dans le rapport d’Amnesty international et de l’ONG Afrewatch publié en janvier 2016.

« RDC: les sociétés pétrolières veulent augmenter le prix du carburant », titre Radio Okapi. Les opérateurs économiques du secteur pétrolier ne sont plus en mesure d’approvisionner adéquatement la RDC en produits pétroliers. Dans une correspondance adressée au Premier ministre Bruno Tshibala le 28 août 2016, dont Radio Okapi s’est procurée une copie, le Groupement professionnel des distributeurs des produits pétroliers (GPDPP) se plaint de la dégradation régulière de la situation financière des sociétés pétrolières ces derniers mois. De son côté, le gouvernement s’oppose à la hausse de prix du carburant. Suite à cette situation financière, les stocks en carburant sont devenus «quasi nuls» chez SEP-CONGO, indique cette correspondance signée par le président du GPDPP, Charles Nikobasa. Les pétroliers rappellent à cet effet au gouvernement la nécessité d’actualiser plus rapidement le taux de change dans la structure des prix de leurs produits afin de stopper le déséquilibre financier continu de leurs sociétés.

« Haut-Uele : manifestation de colère des orpailleurs contre leurs indemnités de délocalisation », écrit la même source. La tension a été vive ce mercredi depuis la matinée dans la localité de Guiro, dans le  territoire de Watsa (Haut-Uele). Ces chercheurs d’or en colère ont incendié le bureau du service de mines de la localité ainsi qu’une maison de passage de l’église FEPACO, paralysant les activités économiques dans la localité. D’après le président de la société civile locale qui a signalé ces incidents à Radio Okapi, ces violences sont consécutives aux manifestations la veille des orpailleurs qui ont dégénéré en échauffourées entre les manifestants et les forces de l’ordre. Les exploitants artisanaux d’or de Guiro protestaient au départ contre l’indemnisation de délocalisation que leur a payé la sous-commission budget du comité provincial pour quitter la localité au profit de l’entreprise minière Guiro-Mining. Selon la société civile locale, le coût de cette indemnisation variait entre soixante-dix et sept cent dollars américains selon les estimations de ce comité. Des sommes d’argent que les orpailleurs ont jugées dérisoires voire insignifiantes au regard du coût de l’investissement de leurs habitations.

B